Comment gérer les conflits entre vos enfants ?

Coucou les amis,

Bienvenue à ceux qui sont fraichement abonnés ! Nous sommes très content de vous voir toujours plus nombreux. N’hésitez pas à répondre à ce mail ou à nous envoyer des messages sur les réseaux si vous voulez réagir à ce qu’on partage !

Pour ceux qui ne le savent pas encore, la newsletter c’est quoi ? Chaque jeudi, nous vous partageons des contenus originaux : une chronique de l’équipe écrite par Stéphane ou moi, des conseils sur la parentalité écrits par des experts et des contes pour vos enfants !

Cette semaine nous proposons quelque chose de nouveau : « l’histoire de l’histoire », un nouveau format où nous parlons de l’histoire d’une de nos histoires musicales. D’où vient l’inspiration et comment s’est passée l’écriture ? Vous avez voir que ce n’est pas si simple… Heureusement que l’on sait bien s’entourer !

Bonne lecture !

Louis

Sommaire

  • « L’histoire de l’histoire » :  Vahi et l’esprit du volcan 
  • Éducation positive : 5 conseils pour régler les conflits entre frères et sœurs.
  • L’anecdote de la semaine : le départ en vacances

 

« L’histoire de l’histoire » :  Vahi et l’esprit du volcan

Le volcan sur une ile du pacifique ne se rendort pas. L’oiseau de feu, ami de Vahi, y est pour quelque chose. Sauvera-t-elle le village et son ami avant l’éruption qui menace ?

Cette histoire, écrite par Lazare Jolly a nécessité de nombreuses versions.

Car c’est difficile d’écrire une Histoire Musicale, il faut un rythme intense, pas de temps mort pour se prêter à la musique.

Lazare est très attaché à respecter le vocabulaire spécifique de la Polynésie. Les Manuura, Ahinui, Puta tupuna, Va’a motu, ces mots sont authentiques.

Ensuite, Matthieu Dulong a commencé par la création des thèmes. Le thème de Vahi et le thème de l’oiseau de feu.

Une fois les thèmes validés, il a fallu trouver la sonorité juste pour une histoire qui se passe sur une ile de Polynésie.

Matthieu est un compositeur et orchestrateur exceptionnel. Il lui a fallu intégrer dans son orchestre les instruments et les chants qui donnent la couleur locale.

Puis, il y a un un long développement qui a duré neuf mois. Musique par musique, pour une durée totale de 40 minutes de musique de concert.

On y entend les envolées d’aventure, d’amitié, de danger, de mystère, de course et aussi de fête et de bonheur retrouvé.

Pour raconter l’histoire au micro, nous avons choisi une très grande comédienne de théâtre, de doublage, une directrice artistique de renom, Christine Pâris. Elle a donné vie à cette histoire et nous l’a racontée avec une interprétation immédiatement parfaite.

Chaque fois que j’écoute cette histoire, elle me transporte. L’orchestration est impressionnante et on se met à voyager, emporté dans ce monde d’émotions et de couleurs.

Je vous invite à écouter la bande annonce sur l’accueil de notre site internet.

Stéphane

 

Éducation positive : 5 conseils pour régler les conflits entre frères et sœurs.

Apprendre l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur peut être déstabilisant, même pour les enfants qui en rêvent ! En fait, tout ce qui était normal jusque-là va changer avec l’arrivée du nouveau bébé… Et, parmi ces changements figurent aussi les disputes entre frères et sœurs.

Les enfants peuvent avoir diverses raisons de rivaliser entre eux. De nouvelles situations apparaissent, comme le partage du temps et de l’amour des parents, des jouets et même de la chambre d’enfant.
Quelle que soit la différence d’âge, des disputes entre frères et sœurs surviendront de toute façon. Il incombera donc aux parents, de jouer le rôle de médiateur ou d’arbitre. Ce ne sera pas facile, mais cela aidera l’enfant à comprendre qu’un nouveau frère ou une nouvelle sœur est un ami idéal, avant d’être une source de conflits.

Alors, comment faire pour gérer les disputes entre frères et sœurs et adopter une parentalité positive ?

1. Le Respect comme première limite

Il faut apprendre aux enfants que le respect est fondamental. Elle doit être la première valeur au sein de la famille et encore plus entre frères. C’est la base de toute éducation positive.
Dès qu’une dispute entre frères et sœurs est pacifiée, l’importance du respect doit être mise en évidence. Il faut être décisif : les enfants doivent comprendre qu’il y a des limites à ne jamais franchir, quelle que soit la colère qu’ils éprouvent à l’égard de leur petit frère ou petite sœur.

 

2. Réflexion et excuses dans l’ éducation des enfants

Dès qu’une dispute éclate, il est nécessaire de faire la clarté de ce qui s’est passé. Au lieu de vous concentrer sur ce qui a déclenché la dispute, essayez donc d’établir un lien émotionnel positif entre eux.

S’ils se chamaillent pour un jouet, vous devez leur montrer l’importance du partage. Ensuite, les deux petits chamailleurs doivent s’excuser et se pardonner mutuellement, quel que soit le motif de la dispute.

3. Invitez-les à résoudre le problème

Vous devez apporter aux enfants des outils pour les aider à résoudre les conflits. C’est une approche positive qui doit les mener à une prise de conscience autonome.

Autrement dit, le dialogue et les échanges sont les clés pour régler les désaccords. Si la situation devient incontrôlable, les enfants doivent aussi avoir comme réflexe naturel de demander l’aide de leurs parents ou même d’un autre adulte de confiance avant de signer un pacte de guerre.

4. Se mettre à la place de l’autre

Dans un processus de réflexion positive, vous devez enseigner à votre enfant la valeur de l’empathie ou lui apprendre à « se mettre à la place de l’autre ». C’est essentiel pour comprendre la position du frère ou de la sœur, ce qu’il a ressenti, comment une dispute l’a affecté. C’est la meilleure façon d’éviter de futurs conflits et avoir une parentalité positive.

5. Créer un espace familial pour gérer les disputes entre frères et sœurs

L’un des outils éducatifs les plus efficaces pour gérer les disputes entre frères et sœurs est de créer des moments de détente et d’amusement en famille. Ces moments permettent aux enfants de se détendre et créent un environnement d’unité et de partage entre eux et leurs parents.

Il se peut que vous rencontriez des difficultés au début ou que des disputes surgissent. Mais, le fait de les séparer s’il y a bagarre et d’avoir une conversation ramènera le calme ! Mettre en place une parentalité positive implique tous les membres de la famille. Dans ce processus d’éducation positif, la réflexion, la discussion mais également l’amour au sens large doivent s’imposer peu importe les motifs de guerre !

L’anecdote de la semaine : Le départ en vacances

Ce matin Laetitia est toute joyeuse, c’est le grand jour ! Depuis une semaine elle ne pense qu’à ça : le départ en vacances ! Hier encore, pendant le repas, Laetitia chantait à ses parents et à son petit frère, Marc :”Demain on part en vacances, demain on part en vacances !”

Son papa entre dans sa chambre pour la réveiller mais Laetitia est déjà debout à côté de sa valise, son sac sur le dos et son doudou écureuil à la main. Alors il va s’occuper de Marc pendant qu’elle rejoint sa maman dans la cuisine pour prendre son petit déjeuner. Elle fait tout comme une grande : elle attrape les céréales, le pain, le beurre, la confiture et elle pose le tout sur la grande table ronde et commence à manger. Sa maman lui dit : ” Ne mange pas trop Laetitia, sinon tu vas avoir mal au cœur dans la voiture”.

Un peu plus tard, Marc rejoint sa sœur dans la cuisine.
Maman range la maison et s’occupe des derniers détails tandis que Papa essaye, non sans mal, de faire rentrer toutes les valises de la petite famille dans le coffre de la voiture. Une fois cette tâche compliquée terminée, il retourne chercher Laetitia et son frère dans la cuisine et va les installer dans la voiture.
Mais Marc refuse de s’asseoir dans son siège auto, il dit : “Maintenant je suis grand, je n’ai plus besoin du siège auto”. Alors son papa se fâche. A côté Laetitia essaye de rester très sage pour partir le plus rapidement possible en vacances.
Finalement, Marc se retrouve attaché dans son siège auto et Papa peut, à son tour, s’installer à sa place. Leur maman ferme à clé la maison puis rentre dans la voiture.
-Tout le monde est prêt, on peut partir ? demande papa.
-Oui !!! répondent en cœur les deux enfants
Sur ce, les voilà partis, direction la mer.

Pour être sûre de ne pas s’ennuyer, Laetitia a mis de quoi jouer dans son sac à dos : elle sort ses peluches, ses poupées et un livre. Car, depuis cette année, elle sait lire et en est très fière. Mais Marc, lui, n’a rien préparé pour s’occuper et il commence à s’embêter alors que la voiture n’est même pas encore sortie du garage !
Sa maman lui dit de regarder le paysage ou encore de compter les voitures rouges mais cela ne l’intéresse pas beaucoup. Alors il sort Dipo, son doudou diplodocus, de son sac et essaye de dormir en espérant, qu’à la fin de sa sieste matinale, ils seront déjà arrivés à la mer.

Plus tard et beaucoup plus loin, leur maman leur propose de mettre de la musique pour passer le temps. Laetitia veut mettre les chansons de “La reine des neiges” mais Marc ne veut pas, il dit :
« Beurk ” La reine des neiges” c’est pour les filles ! Moi, je veux écouter la radio comme les adultes. »
Son papa rouspète : « Les “je veux” dans la boîte à “je veux”. Vous écouterez ce que vous voulez chacun votre tour. D’accord ? »

L’heure du repas est enfin arrivée et c’est le moment du fameux pique-nique sur une aire d’autoroute. Pendant que Papa installe les affaires sur une table, Maman emmène les enfants aux toilettes. Selon Laetitia, la file d’attente est aussi longue que la distance Terre-Lune.
Après cette petite pause, Laetitia, Marc et leur maman rejoignent leur papa.
Au menu sandwich jambon fromage, salade composée compotes et petits gâteaux ainsi que des chips. Une fois le repas terminé, frère et sœur filent jouer sur l’aire de jeux, à eux le toboggan !
Au bout de quelques minutes (bien trop courtes aux yeux de Marc) leur maman les appelle pour repartir en voiture.

Le voyage continu et chaque instant qui les rapproche des vacances fait grandir dans l’esprit de chacun l’impatience de revoir la mer.
Mais tout voyage à ses imprévus et soudain Laetitia dit à sa maman, d’une toute petite voix : « Maman je ne me sens pas bien, j’ai mal au ventre…”  Alors sa maman prend un sac et le tend à sa fille : “Tiens ma chérie, si jamais tu as besoin de vomir tu le fais dans le sac, d’accord ?”
Laetitia ne répond pas, elle prend le sac et place sa bouche juste au-dessus par précaution.
Mais quelques minutes plus tard, lorsque sa maman se retourne pour regarder si Laetitia va mieux, elle constate que sa fille s’est endormie, avec son sac, fort heureusement vide, dans les mains !

Pendant ce temps, Marc, lui, s’ennuie toujours, il n’a rien à faire et n’arrive pas à dormir mais il n’a pas perdu une miette de ce qui vient de se passer. Il décide de profiter du sommeil de sa sœur pour lui voler provisoirement une peluche.
Il prépare son plan avec soin :
– phase 1 : choisir quelle peluche prendre
– phase 2 : récupérer la peluche en question
– phase 3 : jouer en silence
– phase 4 : replacer la peluche avant le réveil de sa sœur
Plus simple à dire qu’à faire. En effet Marc, une fois sa proie choisie (une licorne rose bonbon qu’il peut atteindre en tendant la main) n’arrive pas à récupérer la peluche sans faire bouger le bras de sa sœur. Et, alors qu’il touche au but, Laetitia se retourne sur sa licorne en gémissant comme si elle voulait la protéger de son frère. Marc soupire ! C’est raté, il n’a plus qu’à attendre que Laetitia change à nouveau de position pour retenter sa chance. De toute façon, il a tout son temps. Il se met à bouder, ce qui n’échappe pas à maman qui, pour lui remonter le moral, lui dit : « Courage bonhomme, nous arrivons dans trois heures s’il n’y a pas d’embouteillages.”

Mais, au bout d’un moment, toute la famille se rend bien compte que la voiture ralentit… Il commence à y avoir du monde sur la route et bientôt la voiture s’arrête totalement. Aucun doute, ils sont pris dans les bouchons.
“Oh non… ” soupire Papa.
“On n’a pas de chance” ajoute Laetitia d’une voix encore toute endormie.
Maman propose alors aux deux enfants de faire un jeu pour passer le temps. Tous se mettent d’accord pour jouer à “ni oui, ni non”
Laetitia commence en demandant à son frère : “Aimes-tu les frites ?”
“Bien sûr” lui répond-il, heureux de pouvoir enfin s’occuper. La petite fille insiste : “Tu en es vraiment sûr ?”  Très confiant, Marc lui répond : “Bah oui !”
Un grand sourire se dessine alors sur le visage de Laetitia, Marc comprend qu’il a dit quelque chose qu’il ne fallait pas et il se met à pleurer : “C’était pas fait exprès, je voulais pas dire oui, c’est de ta faute, tu m’as tendu un méchant piège !!!!!!”
Sa maman tente de le calmer en lui expliquant que ce n’est qu’un jeu mais rien n’y fait alors elle le laisse bouder dans son coin. Quand il voudra à nouveau jouer, il n’aura qu’à le lui dire.
Le temps passe. Au bout d’une heure, la voiture quitte peu à peu les embouteillages. Laetitia se met à râler :”Je m’ennuie, c’est long quand même”. Sa maman, un léger sourire aux lèvres, lui dit :
– « J’ai une excellente idée pour t’occuper ma chérie. »
– « J’ai envie de rien faire », répond la petite fille.
– « Même pas de te baigner ? » demande sa maman.
– « On est déjà arrivé ! Hourra !” crient les enfants en chœur.
Et c’est ainsi, qu’avant même d’installer leurs bagages dans la maison, toute la petite famille prend son 1er bain. Les vacances débutent. Le long trajet semble déjà bien loin…

© Claire Michaut

Si vous voulez nous donnez un petit coup de pouce, rien de très compliqué ! Transférez simplement ce mail à quelqu’un qui pourrait être intéressé….

Pour découvrir notre catalogue d’histoires musicales, rendez vous sur le site histoiresmusicales.com

Bienvenue sur Histoires musicales

Install
×