Merci d’avoir été si nombreux la semaine dernière !

Coucou les amis,

Nous sommes très heureux de vous envoyer cette nouvelle newsletter ! Pour ceux qui la reçoivent pour la première fois, je vous explique le principe : une fois par semaine – tous les jeudis – nous vous envoyons une compilation de nos trouvailles de la semaine ! Des conseils sur la parentalité positive, des histoires à lire le soir à vos enfants ainsi que des contenus exclusifs et j’en passe…

La semaine dernière nous avons fait notre 2e soirée sur le thème de l’addiction aux écrans avec Nathalie Petit. Merci d’avoir été si nombreux à vous connecter ! Pour être au courant de nos prochaines soirées, c’est dans la newsletter !

N’hésitez pas à répondre à ce mail si vous avez des idées, des suggestions de thème pour nos prochaines soirées ou autre ! Nous serons heureux de vous répondre.

Bonne lecture et à la semaine prochaine !

Louis

 

Sommaire

  • « L’histoire de l’histoire » :  Petit-Singe rêve de voler  
  • Éducation positive : Conscience et confiance
  • L’histoire du soir de la semaine : Le printemps de Sam
  • Vidéo : 2 astuces neurosciences pour gérer les crises de colère

« L’histoire de l’histoire » :  Petit-Singe rêve de voler 

« Petit-Singe rêve de voler » vient de loin.

Mon grand-père était instructeur pilote sur les biplans de la guerre de 14. Je pense qu’il m’a transmis cette fascination pour le vol.

En pensant à ces singes, comme les Guibbons qui sautent d’un arbre à l’autre à 80 km/h sur plusieurs mètres, je me suis demandé s’ils ne partageaient pas cette même passion.

La musique vient de loin également. En temps et en kilomètres.

Je l’ai écrite pour un quatuor de l’orchestre national de France. Mais ça ne s’est pas fait.

Des années se sont écoulées et nous avons essayé de profiter des avancées technologiques pour la programmer sur un ordinateur.

Malgré tous nos efforts, il n’y avait pas assez d’émotion.

Un jour, je fais connaissance avec Oleg, un violoncelliste russe, qui me propose de l’enregistrer à Cleveland, USA. Le budget est accessible, on y va.

C’est comme ça que huit ans après son écriture, nous pouvons enfin vous proposer cette histoire musicale.

Petit-Singe rêve de voler. Un jour, sur une branche, il découvre un gros oeuf abandonné. Il décide de s’en occuper…

Cliquez sur ce lien pour écouter l’histoire ! 

Stéphane

 

Éducation positive : Conscience et confiance

6 ans, c’est logique ! 

L’enfant a de plus en plus confiance en ses capacités, contrôle ses émotions et les exprime correctement. Il aime recevoir l’approbation des adultes et commence à distinguer le bien du mal. 

Avec sa logique qui se développe, les jeux de société peuvent prendre une place plus importante. 

Votre enfant se rappelle mieux des événements passés. Pour entraîner cette partie de la mémoire, vous pouvez organiser des chasses au trésor. « Le prochain se cache là où le chien dort souvent », « l’indice se trouve là où on a planté des pommes de terre ». En utilisant des faits du quotidien, vous entraînez votre enfant à associer un événement à un lieu dans ses souvenirs ; 

C’est une période propice pour développer sa curiosité scientifique avec de petites expériences faciles à faire à la maison. Vous pouvez faire des tornades dans des bocaux, désoxyder de vieilles pièces rouges, faire disparaître une coquille d’œuf ou créer du plastique naturel à base de lait et de vinaigre ; 

En lisant avec lui, vous pouvez l’encourager. Il est fier de réussir à lire des mots tout seul (ou, parfois, avec un petit peu d’aide) ; 

Apprendre les différentes mesures en cuisinant. Une tasse de lait, une cuillère de sucre, il peut tout mesurer et visualiser ; 

Faire du sport lui permet de se faire des copains en dehors de l’école et d’avoir une activité physique supplémentaire ; 

Lui faire raconter ce qu’il a fait à l’école, au sport ou avec ses copains. Il développe sa capacité linguistique et cela renforce votre lien ; 

Quand on joue au jeu de société, il peut expliquer les règles. Il est fier de tout décrire et cela développe son raisonnement ; 

Les activités physiques ont un effet positif sur sa santé, l’amuse et lui permettent de comprendre les règles d’un jeu plus complexe ; 

Profiter des différentes saisons en faisant de la luge, du patinage, en allant à la mer ou en promenade dans les bois lui fait découvrir la nature dans son processus global ; Les bricolages pour travailler la motricité fine. N’hésitez pas à proposer des ateliers de pâte à modeler, de perles, de collages, etc. 

De 7 à 8 ans : vers l’infini et au-delà 

Chaque enfant se développe à un rythme différent. À un âge où l’enfant développe sa capacité de raisonnement, il comprend qu’il est doué dans certaines activités et qu’il a des points à améliorer dans d’autres. 

Il s’intéresse à tout. Encouragez-le dans ses passions, ouvrez son esprit à des sujets qu’il ne connait pas. Dans tous les cas, avec une dose de motivation et de bonne humeur, il sera heureux de découvrir de nouvelles choses.

Vous pouvez l’encourager à lire un livre, un petit peu tous les jours. En trouvant des histoires qu’il aime, cela l’aide à développer son intérêt pour la lecture ; On peut se lancer dans un petit peu de jardinage et lui apprendre comment les plantes poussent. Récupérez une amande dans une mangue, planter des graines de tomates ou de poivrons. Vous pouvez facilement trouver les ingrédients et votre enfant prend part au développement de la nature. Certaines graines mettent plus de temps que d’autres, il faut parfois utiliser des techniques particulières. Vous pouvez tout expliquer à l’enfant. Il peut découvrir plein de choses sur les différents climats selon les régions du monde. En plus, il a son propre petit potager à la maison ; 

En automne, il peut faire un tableau de feuilles. Il note le nom des arbres et découvre la flore de nos parcs et jardins. En été, il peut récupérer des petites fleurs et les faire sécher. Il peut ensuite les récupérer pour décorer ses plus beaux bricolages ; 

Il peut créer les décorations selon les saisons. Boules de Noël, fantômes faits de vieux draps, une couronne fleurie pour Pâques, etc. 

Il peut faire un parcours d’obstacles à la maison. Un peu de fil pour passer à travers des lasers comme dans les films, du scotch au sol pour le parcours à suivre, un tunnel avec des draps ou des boîtes en carton. Avec un peu de matériel qu’on a chez soi, il apprend à s’amuser avec des choses du quotidien. Un peu de créativité et le tour est joué. 

À partir de 9 ans, on est plus tout à fait un enfant

L’enfant devient grand et peut s’essayer à des activités plus complexes. Restez toujours bien sur très vigilant. Chaque enfant est différent et le parent reste le meilleur juge de ce qu’il peut faire. En étant aidé et chaperonné, il est déjà capable de beaucoup. S’essayer à la cuisine. Il peut apprendre à cuire au four et aider avec des tâches plus complexes qu’avant ; 

Comprendre comment fonctionne l’électronique. Si on a un vieux téléphone, ordinateur ou même une lampe, il peut démonter l’objet et découvrir ce qui se cache dessous. De la même manière, il existe des jeux de construction qui utilisent l’électricité. Un bateau électrique ou un circuit électronique, il y a une multitude de possibilités ; 

Le geocaching, une activité à partager en famille. Grâce au site geocaching.com, vous pouvez choisir un endroit à découvrir tout en faisant une chasse au trésor moderne ; Si votre enfant a une passion ou rêve d’un métier, vous pouvez l’emmener à la découverte sur le terrain. Votre vétérinaire peut lui faire voir les différentes salles du cabinet, les pompiers pour une visite de la caserne, un ami musicien peut lui faire voir les coulisses d’une salle. Ça le fait rêver de sa vie de grand ; 

Faire de la photographie lui permet d’aiguiser son sens artistique et de prendre le temps de regarder le monde qui l’entoure ; 

Du bénévolat en famille ou aider la voisine à ramasser les feuilles de son jardin peut lui ouvrir les yeux sur le plaisir qu’on peut ressentir en aidant quelqu’un d’autre. 

 

L’histoire du soir de la semaine : Le printemps de Sam

Dans le village de Dorville, à chaque fois que naît un enfant, on plante un arbre dans son jardin. Ainsi, en même temps que l’enfant grandit, grandit l’arbre qui l’accompagne. Par la fenêtre de sa chambre, Sam ne cesse de regarder le sien. Car, à mesure que les années passent, il se rend compte que quelque chose ne va pas.

Dans les jardins d’à côté, les arbres se transforment au fil des saisons. L’hiver, ils courbent leurs branches sous la neige. Au printemps, les bourgeons poussent. L’été, de petites fleurs blanches percent au milieu de belles feuilles vertes et, en automne, ils font tomber avec grâce des feuilles jaunes sur l’herbe des jardins. Mais pas le sien. Celui de Sam reste sec et rabougri, son tronc fragile ressemble à un morceau de bois planté dans la terre.

Qu’y a-t-il Sam ? fait soudain une voix derrière lui. Tu pleures ?

Bien sûr, à Dorville, ses copains se moquent de lui : « Hé Sam, tu devrais lui coller des feuilles en tissu sur les branches ! » Ou encore : « A l’automne prochain, je te donnerai des feuilles mortes. Tu n’auras qu’à les poser au pied de ton bout de bois ! » Seule Laura, sa petite voisine, lui dit : « Ne t’inquiète pas Sam, un jour il fleurira. »

Un nouveau printemps approche. Sam a tout essayé. Il a arrosé son arbre avec des engrais divers, il lui a parlé, lui a chanté des chansons, mais en vain. Une immense tristesse l’envahit. Il s’assoit au pied de son arbre et sent ses yeux le piquer. « Qu’y a-t-il, Sam ? fait soudain une voix derrière lui. Tu pleures ? » Incapable de répondre, Sam libère de grosses larmes qui roulent sur ses joues et tombent au sol. Laura – car c’est elle – s’approche alors et demande : « Je peux pleurer avec toi ? » Et pendant une heure, leurs larmes se mélangent à la terre.

Le lendemain, Sam est réveillé par des cris. « Vous avez vu ? » « Mais qu’est-ce qui s’est passé ? » Encore en pyjama, il se précipite dans son jardin et découvre à la place de son morceau de bois, un arbre magnifique aux branches gonflées de bourgeons prêts à éclater. Laura se tient parmi tous les copains admiratifs. Il la rejoint. « Je te remercie, tes larmes sont magiques ! » dit-il. Elle hausse les épaules et répond : « Il fallait juste qu’on soit deux pour le réveiller. » Et tous les deux, main dans la main, admirent l’arbre en souriant.

© Stéphane Daniel

Si vous voulez nous donnez un petit coup de pouce, rien de très compliqué ! Transférez simplement ce mail à quelqu’un qui pourrait être intéressé….

Pour découvrir notre catalogue d’histoires musicales, rendez vous sur le site histoiresmusicales.com

 

Bienvenue sur Histoires musicales

Install
×