Hello les amis,

Comme promis, chaque semaine nous vous envoyons une newsletter. Notre engagement c’est que chaque jeudi, vous receviez dans vos boites mail, un mail d’Histoires Musicales  avec nos nouvelles, une chronique, un conte à lire à vos enfants et des conseils ! 

Cette semaine nous vous demandons un petit service parce que nous venons de nous lancer et que… c’est dur !! Plusieurs mois que nous travaillons sur ce lancement et maintenant qu’il est arrivé nous voudrions qu’il y ait des centaines de parents abonnés sur notre site pour faire écouter les histoires à leurs enfants.. Mais ce n’est pas le cas !

Il y a plein de façon de nous aider : parler de nous autour de vous, transférer ce mail, nous donner des conseils ou des idées ou bien même lire le conte offert dans ce mail à vos enfants !! Nous sommes impatients et nous avons hâte de vous offrir encore plus !

Sommaire

  • Une chronique de l’équipe
  • Un conte original offert
  • Des conseils pour faire de la musique
  • Des conseils pour écrire une histoire

 

Chronique de l’équipe

En musique de film, on se pose la question de quelle musique pour une histoire donnée.

En histoire musicale, on peut faire l’inverse.

C’est l’origine de l’histoire : « Helena et l’orchestre du monde des brouillards ».

Je souhaitais la dualité de la musique orchestrale et du rock gothique. C’est ce qui m’a fait imaginer un orchestre pris au piège dans un monde de dragons, sorciers, loups et chevaux.

Lorsque le récit vient en premier, il faut vérifier qu’il soit porteur de musique. Pour cela, il faut éviter les sujets explicatifs ou trop statiques et privilégier l’émotion, l’action, le rêve, le dépaysement.

Il faut éviter que le texte soit trop bavard afin de ne pas interrompre le fil musical trop longtemps.

De ce point de vue, le Pierre et le loup de Prokofiev est mieux équilibré que le Piccolo et Saxo de Jean Broussolle et André Popp.

Les défauts d’un récit se révèlent lorsqu’on fait le découpage pour y insérer les emplacements de la musique. Ça doit se faire naturellement. S’il est difficile de couper, si les passages de texte sont longs, c’est mauvais signe.

On ne doit jamais se poser la question sur ce que doit dire la musique à un moment donné. Si c’est le cas, ça signifie que l’histoire ne véhicule ni action, ni émotion. Dans ce cas, réécrire le texte est conseillé.

Dans mon travail de directeur artistique, je refuse beaucoup de très bonnes histoires. Car toutes les histoires ne peuvent pas porter un projet musical fort.

On entend la même chose sur les musiques de films.

Les films qui font rêver : Gladiator, Jurassic Park, Interstellar, Le grand bleu, Harry Potter…

Les films avec beaucoup d’émotion : Liste Schindler, E.T., Danse avec les loups, Le jeu de la dame…

Les films d’action : Mission impossible, Inception, Pirates des Caraïbes, James Bond…

Il est beaucoup plus difficile de trouver des exemples forts avec des films plus intimistes, en milieu clos, ou plus explicatifs.

En fait, la fusion entre le récit et la musique ressemble à celui des paroles et musiques d’une chanson. C’est une alchimie qui vient parfois naturellement mais souvent au bout de nombreuses réécritures.

Si vous pensez que vous avez des idées qui conviennent, n’hésitez pas à nous les envoyer, nous les lirons avec intérêt.

Stéphane Meer

Le conte original offert

A la recherche de la rose qui guérit

Une femme avait deux enfants prénommés Marie-Pascale et Louis-Simon. Ils étaient tous deux très intelligents, courageux et toujours prêts à rendre service. Marie-Pascale était fort jolie. Elle portait des cheveux noirs très longs et Louis-Simon avait un regard malicieux qui le faisait aimer de tous ceux qui l’approchaient. Un jour, leur mère tomba gravement malade et les fit venir à son chevet.

– Mes enfants, dit-elle, Je sens mes forces me quitter. Je crois que je vais mourir. Ne pleurez pas, il y a un moyen pour me rendre la santé. Au Sud du pays, sur le bord de la mer, se trouve un château et dans ce château fleurit une rose qui guérit. Celui ou celle qui cueille cette fleur ne doit plus jamais craindre ni la mort ni la maladie. Je ne sais si vous pourrez la trouver.

Les enfants décidèrent sur le champ de trouver la rose qui guérit et partirent vers le Sud. Ils marchèrent tout le jour et le soir, bien fatigués, s’assirent au pied d’un grand arbre pour prendre leur repas. Ils sortirent de leurs besaces les provisions qu’ils avaient emportées pour un si long chemin. Il y avait de la viande, du pain, un morceau de fromage, des pommes et quelques biscuits secs ainsi qu’une outre remplie d’eau. Ils mangèrent de bon appétit mais s’arrêtèrent car ils aperçurent une vieille femme qui les regardait manger avec des yeux remplis d’envie.

Marie-Pascale qui était la gentillesse même proposa à la vieille de venir partager leur repas.
– Ce n’est pas de refus, dit la femme. Ça fait trois jours que je n’ai rien pris. J’ai bu seulement un peu d’eau que j’ai trouvée dans un ruisseau.
– Asseyez-vous près de moi, dit Louis-Simon en se poussant un peu pour que la vieille s’installe sur la mousse qui recouvrait le pied de l’arbre.
– Vous avez bon cœur mes enfants, dit la vieille.
Et elle se mit à manger avec avidité. On voyait manifestement qu’elle n’avait rien mangé depuis plusieurs jours car elle avala la presque totalité des vivres. Lorsqu’elle eût terminé son repas, elle se leva.
– Je n’ai jamais fait un si bon repas et je tiens à vous remercier. Tenez, prenez ce sifflet. Lorsque vous sifflerez une fois, tous ceux que vous voudrez se retrouveront figés sur place. Lorsque vous sifflerez deux fois, les gens seront obligés de se lever et de danser tant que vous le voudrez et si vous sifflez trois fois, une table garnie des mets les plus fins sera dressée à votre intention.

Louis-Simon et Marie-Pascale étaient enthousiasmés mais lorsqu’ils relevèrent la tête la vieille avait disparu. Ils eurent beau la chercher de tous les côtés, plus de trace. S’il n’y avait eu le sifflet, ils auraient pu penser qu’ils avaient rêvé.

(Lire la suite)

Des conseils pour faire de la musique

Fait suite au replay du J2 du stage Sacem sur : L’harmonie cohérente et les gammes mineures.

Au programme, on va procéder au thème : Les accords de 7ème, 9ème, 2nd, révision des gammes mineures, présentation des degrés principaux et des équivalences

Voir la vidéo

Des conseils pour écrire une histoire

Le storytelling est une technique de communication très utilisée par les entreprises et les politiques. En français, on peut traduire « storytelling » par accroche narrative. En d’autres termes, il s’agit d’une méthode de communication qui raconte une histoire dans l’intention de vendre mieux.

https://studiocapitale-enseignement.com/comment-reussir-son-storytelling/

Aidez-nous à faire connaitre notre newsletter à vos amis.

Et découvrez nos nouvelles histoires musicales en visitant notre site www.histoiresmusicales.com 

Votre première histoire en cadeau

Bienvenue sur Histoires musicales

Install
×