Quelles alternatives aux écrans ?

Présentation

Bonjour, bonjour à tous et à toutes. Merci d’être là. On va commencer ! Ceux qui nous rejoindront en cours de route pourront récupérer le replay qu’on va partager derrière YouTube d’Histoires Musicales. Il s’agit de notre deuxième événement.

Apparemment, on organise ce deuxième événement parce que le premier avait bien marché. Et cela vous a plu. S’il y a de l’engouement encore, on prévoit d’en organiser d’autres.   Pour vous expliquer un peu qui on est…

Voilà, on est “Histoires musicales”. Pour ne rien manquer au prochain évènement, je vous conseille de vous inscrire à la newsletter sur notre site histoiresmusicales.com. On envoie une newsletter toutes les semaines. Il n’y a pas de spam, c’est juste une fois par semaine. Donc moi, je suis cofondateur de l’entreprise avec Stéphane. Et depuis un peu moins d’un an, on propose aux enfants de tous les âges des aires musicales produites un peu sur le modèle de Pierre et le Loup. Avec des histoires totalement originales, il y a des histoires aussi bien pour les enfants en maternelle, que les enfants de 4 à 12 ans ou même les adolescents. Donc, on sera ravis de pouvoir en parler plus en détail d’histoires musicales, si vous le souhaitez.

Sans plus tarder, on va revenir au sujet du jour.

Quelle alternative aux écrans ?

Introduction et présentation de notre invitée

Il y a eu beaucoup de gens qui ont répondu à l’appel sur Facebook, qui se sont inscrits au live. Pour introduire rapidement si la plupart d’entre nous, là qui nous écoutons, en a vécu la transition informatique des années 2000. Moi, j’étais enfant, mais j’imagine que vous vous en rappelez aussi. La jeune génération qui est en train de  grandir. Elle est née avec un clavier entre les doigts. C’est soit un ordinateur, des tablettes ou des smartphones, soit pour eux des objets qui sont totalement familiers et qui sont séduisants. Et du coup, forcément un peu addictif. Les questions qu’on se pose, c’est quelles sont les limites des écrans? Comment éviter qu’un quart d’heure devant un dessin animé se transforme en cyberaddiction, quelques années plus tard. Et voilà, il y a plein de questions auxquelles on voudrait répondre. Et pour cela, on a fait appel à Nathalie Petit. Bonjour Nathalie !

Nathalie est auteure, coach et formatrice en approches cognitive et comportementale. Nathalie a fait preuve d’une parentalité bienveillante dans ses domaines de prédilection et elle a publié plusieurs livres. Mais si je dois en citer, les principaux qui concernent le cas ce soir, sont : Les guides de l’éducation consciente aux Editions Alterna Press, en 2009. On a aussi Montessori à la maison aux éditions Actes Sud en 2017 et 100 activités pour développer les cognitives de vos enfants, aux éditions Hatier. Beaucoup de livres, il y en a d’autres, mais voilà, c’est les trois que je citerai ce soir.

Et donc, je vais laisser la parole à Nathalie qui va nous briefer sur les alternatives aux écrans.

Après, vous pourrez poser vos questions. Nathalie, on parle beaucoup des écrans, des risques que représentent les écrans pour les enfants.

Le risque des écrans 

Est ce que vous diriez que le risque est réel ou que les écrans servent aussi beaucoup de bouc émissaires pour expliquer un peu toutes les difficultés sociales d’apprentissage que peuvent rencontrer nos enfants ?

D’abord, merci Louis pour cette invitation. Je suis ravie, contente de passer un petit peu de temps de cette soirée avec vous et vous apportez, partager en tout cas une réflexion. Et puis vous apportez des éléments et les partager avec vous.

Pour répondre à ta première question, en tout cas, j’aime beaucoup déjà cette question parce que elle montre déjà que sur ce sujet, ce n’est pas franchement ni blanc ni noir et que c’est bien d’avoir une réflexion qui n’est pas vraiment dogmatique sur la question des écrans.

Parce que, oui, effectivement, sur la question y a t il des risques ? Oui, il y en a, effectivement. Il y en a d’autant plus, en fait, que l’enfant y est exposé, on va dire de façon vraiment précoce. Donc, c’est vrai qu’on considère qu’avant 3 ans, par exemple, l’idéal, c’est qu’il n’y ait pas d’écran, vraiment pas de télé. Et qu’entre 3 et 6 ans, en fait, ce qui se passe, c’est surtout quand c’est précocement que les dangers sont les plus importants ou réels. C’est entre 3 et 6 ans.

La construction des fonctions exécutives

Il faut comprendre que vraiment, il y a quelque chose de très fort qui se passe chez l’enfant, dans sa construction psychique, dans sa construction de lui-même. Et c’est la période où il construit vraiment le plus fort, ce qu’on appelle ses fonctions exécutives. Alors, c’est un mot pour parler très concrètement de choses qui sont sa capacité à être attentif, sa capacité à se concentrer, qui sont sa capacité à tolérer la frustration, à commencer à réguler et à gérer ses émotions qui vont être des choses vraiment fondamentales et qui l’accompagneront toute sa vie durant. Elles se mettent en place là. Elles se construisent jusqu’à 12 ans, bien évidemment, mais du moins la phase 3-6 ans et quand même très importante pour ces constructions là. Et ce qu’on a observé, c’est que maintenant, cette phase-là 3-6 ans, quand on dépasse une heure d’écran par jour, c’est plus difficile pour l’enfant de se concentrer. C’est plus difficile pour lui de développer ses aptitudes.

Ça ne veut pas dire qu’il va arriver au recul, mais, c’est plus difficile pour lui. Donc c’est clair que de façon précoce, on sait qu’effectivement, il y a des risques et on sait que ça va être plus difficile pour l’enfant.

L’utilisation des écrans au sein du foyer

Mais vraiment, voilà ce que parfois, je trouve difficile avec ce sujet des écrans, c’est qu’on a tendance à diaboliser ou à culpabiliser les parents. Et je trouve ça vraiment stérile. Parce que, il y a vraiment des fois où, de toute façon, on a besoin de souffler. Et en plus de ça, ils peuvent avoir leur place.

Tout dépend encore une fois, est-ce que l’enfant est laissé seul face aux écrans ou est ce qu’on l’accompagne. Est ce qu’on vit l’activité ou on fait quelque chose ensemble ? Et pour relativiser, pour pas non plus faire peur, je veux dire  aujourd’hui, ce qu’on sait, c’est que on a 20% des enfants de plus de 5 ans qui ont des difficultés scolaires. OK, mais on en a que 5% qui ont des troubles d’apprentissage. Donc il ne faut pas dire non plus, qu’on a fait une génération sacrifiée et qu’on a de gros problèmes. Donc c’est aussi toujours pour amener la pondération. Je trouve important de replacer les choses dans leur contexte. Oui, on a des enfants qui auront dès fois plus de difficultés à se concentrer, à être attentif. Mais on n’est pas dans un problème, dans une catastrophe pour tous les enfants. Loin de là.

Les réseaux sociaux

Et je voudrais aussi terminer sur ce sujet, c’est par exemple, on sait aussi très bien alors que chez les adolescents, que les réseaux sociaux sont vraiment importants et qu’ils ont une vraie partie intéressante, alors c’est toujours après, effectivement, comment ils sont utilisés et dans l’abus. Évidemment, il y a des dangers, mais dans la majorité, on va dire des adolescents, aujourd’hui, en France, ils bénéficient surtout des avantages qui sont de rester en lien avec leurs amis, qui sont de pouvoir montrer leur créativité.

Ce n’est pas par hasard que le réseau Tik-Tok, aujourd’hui a pris une ampleur et une essor très important, ce qui permet aux ados vraiment et leur permet d’exprimer leur créativité, la partager aux autres et de valoriser quelque part leurs compétences. Donc, on voit bien que ce n’est pas simple.

Des repères à mettre en place

Du coup, c’est pas simple non plus en tant que parent parce que justement, il n’y a pas vraiment… Y’a pas la chose qui est la solution dans l’absolu, qui ira bien ou celle qu’on voudrait éviter. Il y a des repères, comme je le dis avant 3 ans, l’idéal, c’est de ne pas exposer son enfant aux écrans pendant trois ans. Par exemple, entre 3 et 6 ans, on sait qu’ une heure, c’est un bon repère. Une heure par jour à ne pas trop dépasser, si on peut quoi.

Après, si vous voulez vraiment, ceux qui veulent des repères plus précis, il y a le psychiatre Serge Tisseron qui a élaboré vraiment des écrits plus précis en fonction des tranches d’âge. Lui considère qu’effectivement, la première console de jeux, c’est plutôt vers 6 ans et pas avant 6 ans. Et que l’internet pas accompagné, c’est dans tous les cas pas avant 9 ans. Et les réseaux sociaux, pas avant 12 ans. Ça, c’est les grandes lignes qui peuvent donner quelques repères.

Les habitudes à prendre pour diminuer les écrans

Super, merci Nathalie. Et avant de parler du coût des activités en alternative, est ce qu’il y a des habitudes à prendre à la maison qui peuvent diminuer, en tout cas, la tentation de recourir aux écrans? Et s’il y a des habitudes? Lesquelles?

Oui, ben ça, pour moi, effectivement, c’est quelque chose qui est un des secrets pour y arriver et qui peut être vraiment aidants et important parce qu’en fait, vraiment, les enfants du plus petit et même jusqu’à 9, 10 ans ou 12 ans, de quoi ils ont vraiment besoin dans l’absolu ? Ils ont un besoin très fort de sécurité inflexible, de savoir qu’ils sont aimés et que leur réservoir affectif est nourri, etc. Ils ont besoin de sécurité intérieure, de savoir que voilà, il y a des choses. Parce qu’en fait, il faut comprendre qu’un enfant, quand il arrive au monde, est c’est jeune, il arrive dans un univers où c’est comme si nous on débarquait demain sur Mars et encore nous, on a nos facultés cognitives qui sont bien développées. Il arrive dans un univers où tout est inconnu, tout est nouveau et où, en plus, il ne maîtrise pas les codes. Donc, il faut voir que ça, c’est vraiment insécurisant. C’est vraiment source de devoir.

Sécuriser et apaiser l’enfant

Et pourquoi? Du coup, les routines et les habitudes sont extrêmement aidantes pour les parents et sont extrêmement aidantes pour sécuriser, apaiser et avoir des enfants et des comportements un petit peu plus apaisés. Parce que c’est quelque chose qui va leur donner des repères, qui va leur apporter une sécurisation, qui va faire que ça réponde à leurs besoins fondamentaux. Donc, c’est vrai que c’est pourquoi je dis que c’est aussi utile au niveau des écrans.

Parce qu’à chaque fois que vous allez pouvoir, par exemple, l’idéal, c’est de prendre l’emploi du temps de la journée de l’enfant, de vraiment essayer de bien revoir, par quoi on commence le matin. Qu’est ce qu’il a après ? De passer des heures en revue son emploi du temps de la journée, autant que possible, j’allais dire de l’alléger. Parce qu’on se rend compte qu’aujourd’hui, avec les enfants, on en arrive parfois à des emplois du temps à l’image de ce qu’on a à nous. Et ça, on sait que pour le coup, ça va rendre les choses plus difficiles. Donc, ça peut être bien quand même de repasser son emploi du temps, de voir ce qu’on peut alléger et de voir ce qu’on peut mettre comme habitude en substitution. Alors, si c’est déjà des habitudes en substitution des écrans ou s’il n’y a pas encore l’habitude, qu’est ce qu’on peut mettre en place comme activités pour remplacer cet espace temps.

Un bon exemple : Le retour de l’école

Je trouve que, par exemple, pour montrer l’exemple très concret, le retour de l’école. OK, ça peut être soit le parent, l’un des parents est là et l’accompagne, et l’idéal en retour d’école. Pour moi, c’est de faire quelque chose d’un petit peu physique. C’est à dire, soit on revient à pied, soit on va au parc, soit on joue au cerf volant, si on peut se dépenser un tout petit peu, mais même un quart d’heure physiquement, déjà, on élimine beaucoup de choses. On décharge pas mal de stress, de tension. L’intelligence corporelle, kinesthésique qui est mobilisée. L’enfant va rentrer déjà plus apaisé, de retour à la maison et espère qu’il va pouvoir du coup remobiliser son attention dans quelque chose.

Parce qu’en fait, pourquoi les écrans sont-ils si attractifs aussi pour les enfants ? C’est que quelque part, le plaisir que l’enfant prend au travers de la stimulation que ça lui procure, il ne va pas le retrouver immédiatement comme ça dans une activité où il va devoir engager justement son attention et sa concentration.

Mais c’est justement pour autant que ces activités là dont il a besoin pour se construire. Donc, c’est vrai qu’en retour d’école, c’est intéressant de faire quelque chose qui mobilise son corps, le corporel. Pour qu’il puisse dépenser et décharger ses tensions qu’il a pu avoir, ses émotions difficiles aussi dans sa journée. Et du coup, ça fait un petit pas, un sas.

Routines de substitution

Après, on peut aussi, sur ce temps-là, faire des choses qui sont des activités psychocorporelles pour relâcher l’attention. Justement, moi, j’aime bien un truc qui est très, très simple, qui s’appelle l’étreinte du papillon. Je ne sais pas si vous connaissez, mais c’est ultrasimple. Ça consiste à remettre, à joindre ses mains, inverser au niveau des pouces. Et de frapper de chaque côté, de gauche à droite, de façon alternée, tout en pensant à la journée qu’on a eue. C’est un exercice d’auto tapping qui, en quelques minutes, va permettre de détendre, de calmer, se relaxer après une journée.

Et du coup, je trouve que c’est intéressant de placer des habitudes comme ça, des routines entre le parent et l’enfant qui vont venir en substitution parfois des écrans.

Se passer des écrans une fois par mois

Une autre routine, que je trouve aussi intéressante en famille, d’avoir une journée par mois où on se dit qu’on n’a pas d’écran. Ça me paraît assez simple de commencer déjà à mettre ça en place. Ou, effectivement, une journée par mois, un dimanche par mois, ou comment on veut et là on éteint tout. Et ça passe aussi par nous, c’est-à-dire qu’on lâche le téléphone ce jour-là, on lâche les tablettes et on organise sa journée, on la prévoit à l’avance et on l’organise de cette façon. Sachant que, qu’est ce qu’on peut aussi mettre en place comme routine ?

Le matin, si l’enfant a l’habitude de regarder son dessin animé avant de partir à l’école, on peut essayer, alors si on a la disponibilité, si on a ce temps avec lui, de remplacer ça par une petite activité de marionnettes, par une petite activité, là encore, où on va le faire participer à quelque chose que l’on fait.

Parce que souvent, on oublie ça aussi, je trouve, c’est de faire participer l’enfant à l’activité qu’on est en train de faire en lui proposant quelque chose qu’il est en capacité de fabriquer à sa mesure à lui.

Comment faire si mon enfant ne verbalise pas sa journée ?

En tout cas, on a une question qui nous dit, si nous sommes face à un enfant qui refuse d’en parler car il n’a pas envie ou ne s’en souvient pas forcément que faire ?

Je crois qu’il faut recontextualiser un tout petit peu la question.

Oui, je veux bien. Du coup, un tout petit peu de précision ou de contextualiser un peu les choses.

Alors, je reviens sur votre intervention quand vous dites installer des rituels avec l’enfant. C’est vrai que c’est toujours essayé de faire avec mon fils. Mais, malheureusement, il n’aime pas. Quand je lui demande, par exemple, ce qu’il a fait à l’école, comment s’est passé sa journée? Il va me dire : mort, rien.

Ah oui, là, vous lui demandez de parler. En fait, moi, je vous invite à faire, c’est de trouver quelque chose à faire ensemble, mais pas forcément revenir. C’est normal qu’il n’ait pas forcément envie de parler, de verbaliser. Il y a des enfants qui ont des intelligences privilégiées et différentes.

Rituels à installer avec l’enfant

Vous savez, ce qui est bien aussi, c’est de faire un rituel de fin de journée, c’est des jeux de bagarres, les jeux tactiles quoi. Où toute la famille est là, on donne des règles précises, bien sûr, il est interdit de taper, il est interdit de frapper, etc. Et je trouve que les enfants, si vous avez voulu faire ça, c’est que vous le savez, vous l’avez perçu. Et quand ils ont pu se décharger physiquement, en fait.

C’est trouver quelque chose, une activité physique que vous partagez à ce moment-là. Mais oui, je peux comprendre qu’ils n’aient pas envie de verbaliser sa journée, et surtout juste au retour de l’école. Dès fois, ça peut devenir après ou plus tard, justement, mais quand il aura vraiment marqué. Mais quel âge il a ?

-5 ans

D’accord, ok !  Et qu’est ce qu’il aime, par exemple ? Qu’est ce que vous avez observé? Parce qu’en fait, quand on veut substituer les écrans, ce qui est très bien aussi, et je m’inclus dedans, c’est que ça nous invite à mieux observer nos enfants.

Les intelligences multiples

Et je reviens, du coup, je rebondis là dessus, sur les intelligences multiples qui vont venir nous aider au secours, vis à vis des écrans, c’est à dire qu’on considère qu’on a au moins 8 façon d’appréhender le monde, on en a au moins 8 manières d’apprendre différents. 8 parce qu’aujourd’hui, on en a identifié 8. Mais peut être qu’on trouvera d’autres et qui que ce soit , on apprend des choses et on résout des problèmes en utilisant notre corps. On va parler de l’intelligence corporelle kinesthésique en utilisant des images, des images mentales, en utilisant les couleurs, en utilisant des photos, en utilisant de la construction, des formes en 3D, c’est la visuelle, en mettant les choses en forme.

L’histoire musicale

Justement, l’histoire musicale, le compositeur ou le musicien connaît bien ça. C’est l’intelligence musicale. On peut l’utiliser. On a aussi dans les autres, la logique mathématique qui est beaucoup plus connue à verbale qui est dans l’attitude à utiliser, à être à l’aise avec les mots et le langage, à aimer parler, à aimer les histoires. 8 formes d’intelligence, et souvent, en fait, nous, quand on est parent, quand on propose des activités à nos enfants, on a tendance à proposer des activités dans les intelligences qu’on a, qu’on préfère. Qui sont les nôtres. Mais souvent, quand on se dit bah oui, mais quand je propose ça à mon enfant, ça ne lui plaît pas ou il n’en a pas envie.

Mais est ce que ça correspond à ces activités ? Celles qui lui sont privilégiées?

Des fois, ça peut expliquer pourquoi on est dans l’échec, quand on propose certains jours, certaines activités, parce que ce n’est pas celles qui sont celles que notre enfant, du moins il a dans cet instant à se tenter là, qui sont les plus développées chez lui et avant 6 ans, clairement, les intelligences qui sont les plus développées chez tous les enfants, c’est la kinesthésique et l’intelligence visuelle et donc bien souvent, quand nous, on en a d’autres qui sont des dominants, qui ne sont pas du tout là dedans, ça explique aussi pourquoi on a moins de succès quand on propose des activités.

Différentes activités possibles

Je crois que vous avez écrit dans votre livre 100 activités pour développer des intelligences multiples pour vos enfants.

Oui, il y a tellement de choses qu’on peut proposer, en fait, mais des choses toutes simples et même à la maison, quand ils sont plus petits, c’est faire un parcours de motricité chez soi. Mais avec ce qu’on a chez soi, je veux dire avec les mobilier, les tapis, avec les chaises, avec tout ce qu’on a chez soi, il est facile pour chacun de construire vraiment un petit parcours de motricité et là encore, de permettre d’en faire un jeu avec l’enfant, de traverser tout ça et de pouvoir.

En fait, plus l’enfant a la possibilité d’exercer son mouvement, d’exercer son corps et de vivre des activités sensorielles, ou déjà plus. Il se plaît parce que c’est vraiment les choses qu’il aime. A cet âge, là bas, c’est autant de moins qu’il est tenté de passer soit derrière la télé ou sur un écran. Si vous voulez, après, on peut développer d’autres idées d’activités physiques qu’on peut proposer.

Quel est le rôle des émotions ?

Nathalie, vous me parlez au téléphone du rôle, de l’accompagnement, des émotions. Est ce que vous pouvez le développer s’il vous plaît?

Ben en fait, oui, c’est à deux volets. Je voulais évoquer cela effectivement, parce que parfois, l’écran sert aussi quand on se sent démuni ou un peu désemparé, dans comment gérer émotionnellement les choses avec son enfant. Et bien parfois, ça peut être plus facile parce qu’on a tous des lendemains difficiles et que, dès fois, on a besoin de souffler de temps de répit. Et ça peut être plus facile. L’enfant peut être plus attiré aussi par l’écran plutôt que de venir gérer quelque chose qui est difficile sur le plan émotionnel.

Combler une éventuelle frustration

Le deuxième aspect, c’est aussi que c’est à nous, quand on va par exemple dire non à un écran, dire non à la tablette, dire non à ce que l’enfant a envie de regarder comme dessin animé.

C’est nous aussi à savoir à combler cette frustration. Et parfois, on croit trop souvent qu’il faut proposer des choses entre guillemets extraordinaires.

Quand on peut faire travailler l’imaginaire de son enfant, bien souvent, on y arrive. Alors je dis par exemple si on a dit qu’on arrêtait le dessin animé. Déjà, ce qui est compliqué, c’est que l’enfant avant 6 -9 ans,  la notion du temps pour lui, n’est pas acquise. Donc, quand on lui dit un quart d’heure.

Malheureusement, nous, pour nous, ça veut bien dire quelque chose et on sait ce que ça veut dire. Mais l’enfant pour lui, ça ne lui parle pas. Donc, c’est vrai que c’est pour ça que certains utilisent des timer où les choses dont on voit se dérouler les choses.

Quand est-ce que ça s’arrête?

La notion de temps moins évidente pour l’enfant

Mais ça reste difficile pour un enfant, cette notion de temps. Quand on lui dit à 3 ans, on va arrêter dans un quart d’heure, ça veut vraiment pas dire grand chose pour lui.

Il ne faut pas s’étonner du coup que ce soit vraiment difficile. Mais quand on arrête de nous donner plus de chances de dire ah bah, tu vois, je t’avais dit qu’à la fin du…. Si on a mis quelque chose de visuel, pour voir s’écouler le temps et quand c’est fini, on arrête le dessin animé.

Voilà, un repère visuel qui va permettre que l’enfant voit visuellement, que le son s’est écoulé. On va lui dire, par exemple : je t’ai dit que c’était fini. Donc, est ce que c’est toi qui éteint la télé? Ou est ce que tu préfères, que je le fasse? Déjà, quand on dit ça, formuler comme ça, on préserve son autonomie et on lui donne le choix.

Mais aussi, on considère que les choses sont faites, voilà ce que tu veux faire toi-même. Déjà, c’est plus valorisant.

Ou est-ce que tu préfères que je le fasse? Et ensuite, si vraiment l’enfant refuse parce qu’il veut continuer à le voir, ce qui est souvent le cas. Là, on peut tout simplement, en alternative, lui dire mais alors voilà, on va dans son sens.

Partir dans l’imaginaire

Des fois, on se dit que c’est en allant dans son sens qu’on a le plus de chances d’y arriver. Et on lui dit alors OK. Oui, c’est vrai. T’as vraiment raison, ce dessin animé est super. Oui, il est très bien et le héros, il est comme ça. Et d’après toi, qu’est ce qui se serait passé si on l’avait laissé? Ah! Et il se serait passé ça? Ah! Et alors? Qu’est ce que ça t’aurais fait de le voir? Et le héros, d’après toi, qu’est ce qui va lui arriver? Et on l’invite vraiment à basculer. On essaye de partir dans une histoire, dans l’imaginaire.

Et pendant ce temps-là, on a toujours éteint l’écran et on commence soit à s’habiller, soit à faire autre chose, soit à partir.

Voyez, c’est comme ça qu’on peut aussi accompagner cette frustration là.

Le mieux, c’est encore une fois pour moi de vraiment faire travailler son imaginaire et lui permettre d’évoquer des images mentales qui lui permettent de s’y faire déjà une histoire et en nous racontant, en mobilisant son attention sur cette histoire. Il a déjà un peu oublié qu’on avait un écran.

Bienvenue sur Histoires musicales

Install
×