Les histoires et les contes musicaux pour enfant

Les histoires et les contes musicaux pour enfant

Sommaire 

I. Les contes musicaux pour enfant

II. Conte musical : Un genre littéraire pour les enfants

III. La musique a toujours raconté des histoires

IV. L’histoire musicale. Définition

V. La portée pédagogique des histoires musicales

VI. L’enfant et sa relation à la musique

VII. Conte musical : la rencontre entre la narration et les instruments

VIII. Tradition orale et conte musical

IX. Conte musical : une expérience à écouter

X. Étude de cas : Les instruments dans l’œuvre et conte musical « Le Carnaval Des Animaux »

XI. Le rôle des animaux dans le conte musical

XII. Découvrir des contes musicaux pour enfants modernes et en podcasts

XIII. Les contes musicaux pour enfants les plus connus

XIV. Comment créer une histoire ou un conte musical ?

XV. Le projet Histoires Musicales


 

Tout le monde aime entendre une bonne histoire. Les conteurs nous emmènent dans des mondes merveilleux et inconnus. Ils nous racontent comment la vie est, était et sera peut-être. Qu’une histoire soit ancienne ou nouvelle, effrayante, triste ou drôle, elle est encore meilleure lorsqu’elle est racontée à voix haute. Oui, bien meilleur, car lorsque quelqu’un d’autre raconte l’histoire à voix haute, nous pouvons sentir l’amour du conteur pour l’histoire. Découvrez les contes musicaux.

Les contes musicaux pour enfant

Les musiciens ont leur propre façon de raconter une histoire. Ils utilisent la mélodie, le rythme et les sons produits par différents instruments pour faire ressortir les parties d’une histoire qui sont parfois cachées dans le récit. La musique nous aide à ressentir, à comprendre et à nous souvenir de ce que dit le conteur.

Mais qu’une histoire soit racontée avec des mots, avec de la musique ou avec les deux, tout ce que nous devons faire, c’est utiliser nos oreilles et notre imagination.

Conte musical : Un genre littéraire pour les enfants

Si vous demandez à un enfant ce qu’il préfère dans la vie, vous pouvez être certain que la musique fait partie de ses passions. Par nature, le livre est sans parole et toujours muet, pourtant, le conte musical apporte une dimension orale à la littérature. Découvrez le conte musical Ondin et la petite sirène.

A mi-chemin entre la musique et le livre, le conte musical pour enfant est donc un genre hybride que l’on classe communément dans la catégorie musico-littéraire.

La musique a toujours raconté des histoires

Au temps de la Grèce antique, la musique était étroitement liée à la poésie et aux histoires orales. Ce genre de musique a donc traversé les siècles tout en prenant diverses formes dont le conte musical pour enfant. D’ailleurs, même lorsqu’il s’agit de musique pure, vous pouvez remarquer facilement qu’on retrouve toujours une dimension de narration lorsque la mélodie remplace par exemple les mots.

L’histoire musicale. Définition

Qu’est-ce qu’une histoire musicale ?

Les histoires musicales sont des œuvres musicales, généralement orchestrales, construites pour exprimer et illustrer le conte. Un narrateur raconte l’histoire en alternance avec la musique en se superposant rarement.

Le plus souvent, les histoires musicales ont des versions de concert et parfois des réductions au piano.

Lorsque le récit est long, on parle d’histoire musicale et quand il est court, on dira plutôt un conte musical.

L’illustration la plus caractéristique du conte musical est le Pierre et le loup de Serge Prokofiev.

Qu’est-ce qu’une histoire en musique ?

Une histoire en musique est un récit illustré par de la musique. Le narrateur ou la narratrice raconte par dessus la musique qui est utilisée pour créer une ambiance en fond sonore.

Elodie Fondacci propose des histoires en musique basées sur le répertoire de la musique classique. Elle est connue pour son partenariat avec Radio Classique

Un conte en musique ne se joue pas en concert. Son utilisation est réservée aux radios, podcasts et disques.

Plus d’information sur les Podcasts de contes pour les enfants.

Qu’est-ce qu’une histoire en chansons ?

Il existe des albums de chansons pour les enfants qui racontent une histoire en chantant.

Il peut y avoir un narrateur entre les chansons ou non.

On peut aller jusqu’à la comédie musicale comme Emilie Jolie

Qu’est-ce qu’un conte chanté ?

Il existe quelques contes qui sont chantés sans pour autant que ce soit des chansons.

En 1914, Sergueï Prokofiev a écrit Le vilain petit canard en version orchestrale. L’histoire est racontée en chantant dans un style qui rappelle celui de l’opéra.

Pour L’enfant et les sortilèges écrit par Colette et mis en musique par Maurice Ravel en 1920. On parle alors d’une fantaisie lyrique. Ce n’est plus un narrateur mais les personnages qui chantent. Même si c’est une histoire pour enfant brillamment mise en musique, on ne peut plus vraiment parler de conte musical.

La portée pédagogique des contes musicaux.

Pour approfondir, vous pouvez lire La différence entre un conte et une fable

Les genres voisins, l’animation, la comédie et le drame musical

Il y a une relation entre les histoires musicales et une œuvre comme Fantasia de Disney.

Ici, pas de narrateur mais la musique et l’animation racontent une histoire sans paroles.

Comme celle de l’oiseau de feu, musique d’Igor Stravinsky, et dont le scénario et la réalisation sont de Paul et Gaëtan Brizzi. Deux brillants animateurs français.

Ou bien Pomp and Circumstance, musique d’Edward Elgar et qui raconte en image l’arche de Noé.

Le conte de Peau d’âne, de Charles Perrault, transformé en film par Jacques Demy avec la musique de Michel Legrand, n’est pas sans analogie avec les histoires musicales. On y retrouve certaines des caractéristiques, l’importance de l’œuvre musicale et le conte.

La portée pédagogique des histoires musicales

L’apprentissage de la musique

Certaines histoires musicales ont été créés dans le but de faire connaitre les instruments de musique.

Dans Pierre et le loup, chaque personnage a son thème et aussi sa famille d’instruments.

Piccolo, Saxo et Cie est l’histoire de personnages qui sont des instruments.

Piccolo et Saxo deviennent amis et découvrent tour à tour les familles d’instruments de l’orchestre.

C’est œuvre permettent d’apprendre à reconnaitre les instruments et leur classement par catégorie, bois, cuivres, cordes, percussions et finalement le piano. (Techniquement le piano appartient aux percussions)

L’apprentissage de la littérature

La mise en musique d’Alice au pays des merveilles ou de Roméo et Juliette permet au plus grand nombre de découvrir des chefs-d’œuvre de la littérature.

De la même façon, le conte musical, les quatre saisons, permet de découvrir l’œuvre de Vivaldi.

L’enfant et sa relation à la musique

Toutes les femmes qui ont déjà été enceintes vous le diront : l’enfant entretient une relation sonore à son environnement. Il est sensible à la voix de sa maman, réagit au son de la télévision et aux musiques.

On pourrait dire que pour un enfant, l’expérience de musique est une sensation sensorielle innée et instinctive.

Conte musical : la rencontre entre la narration et les instruments

Le conte musical pour enfant n’est pas seulement une narration. Mais un genre littéraire dans lequel on retrouve des éléments sonores (instruments) et parfois aussi des gestuels et mimiques lorsque par exemple l’histoire est lue à haute voix.

Lorsque la musique est ajoutée à un conte pour enfant, l’histoire s’exprime et se découvre de manière amplifiée : en effet, les sons ajoutent toute une série de sensations capables de réveiller comme par magie des émotions et des états d’âme que l’histoire seule ne pourrait susciter qu’en partie. Toujours est-il que le conte narré et la musique s’attirent mutuellement.

Dans le processus d’écriture d’un conte musical, on constate que la musique remplit la fonction « magique » en reliant l’imagination au désir de s’exprimer. La musique d’un conte pour enfant n’est jamais seulement de la musique : elle est toujours juxtaposée aux mots et aux images suggérés par l’histoire.

Bien entendu, le moment de la composition présuppose un processus de sélection, de choix et de classification des matériaux sonores, à mettre en relation les uns avec les autres, dans des élaborations artistiques libres et créatives.

Tradition orale et conte musical

Les contes pour enfants sont le plus souvent racontés le soir, et autrefois ils étaient un véritable spectacle vivant joué par exemple pendant les nuits de pleine lune, autour du feu pour rassembler petits et grands.

Il arrive fréquemment que nous entendions différentes versions d’un même conte parce que le narrateur, tout en restant fidèle au schéma initial du conte, ajoute de nouveaux détails en les adaptant aux circonstances locales.

Parfois, les contes pour enfants commencent par un aphorisme qui anticipe la morale de l’histoire et qui est répété comme un refrain pour être gravé dans la mémoire. Il existe des contes sous forme d’énigmes, dont l’intrigue est à résoudre par celle ou celui qui écoute.

La forme du conte musical a, dans la tradition orale, une importance capitale. La voix a la fonction importante de créer une relation avec le public. Aphorismes, devinettes, berceuses, comptines… et introduire l’auditeur dans une atmosphère de quasi-sacralité.

Les contes racontés sont souvent riches en onomatopées (gaoooo ! pour faire vibrer un coup de marteau dans le bois, fom ! les bourdons qui rentrent dans une citrouille…).

D’autres éléments contribuent à l’impact communicatif du conte musical pour enfant, comme la danse, l’accompagnement instrumental ou le simple battement des mains, qui donne un rythme particulier à la narration, créant une stimulation à l’imaginaire et aussi à la capacité d’improvisation de l’artiste, c’est-à-dire du narrateur.

Conte musical : une expérience à écouter

Tout le monde sera d’accord pour dire qu’un enfant même avant sa naissance entend les sons propagés dans son environnement proche. En fait, avant même de voir la lumière, il a déjà une expérience sonore et il est capable de reconnaître la voix de ses parents.

D’ailleurs, il est certainement important d’aider le nouveau-né à comprendre cet univers sonore dans lequel il vit tous les jours et que ses oreilles analysent en permanence. Ce que nous voulons dire ici, c’est que la perception acoustique des enfants commence dès les premiers temps de la vie et qu’il est important de leur apprendre à accepter ces informations auditives.

Pour un enfant qui arrive dans sa famille et en définitive au monde, une excellente démarche pour développer ses capacités d’écoute est de lui lire des contes musicaux ! En fait, la voix et la musique sont deux éléments sonores que les enfants adorent écouter… et en plus elles les aident pour leur développement personnel et social.

Étude de cas : Les instruments dans l’œuvre et conte musical « Le Carnaval Des Animaux »

Le conte musical, Le Carnaval Des Animaux a été composé en 1886 à Vienne. L’œuvre a été jouée en privé un an plus tard à l’occasion de la fête de Mardi Gras. À la demande du compositeur, l’œuvre n’a été jouée publiquement qu’après sa mort (1923).

Le Carnaval Des Animaux est devenu la musique la plus caractéristique et connu de Saint-Saens. Le caractère comique du conte musical est essentiellement apporté par une sublime orchestration !

Les 14 actes et mouvements de cette histoire musicale sont tous très courts et font toujours référence à un animal. Un schéma par ailleurs, très classique dans le genre conte musical pour enfant.

1. Marche du Lion Royal

La première pièce décrit l’avancée d’un lion, imaginé comme d’habitude comme roi de la forêt. Les accords répétés des pianos soulignent la cadence du pas de l’animal. La solennité de la pièce est rendue par des sonorités claires et incisives, dans un tempo andante maestoso.

2. Poules et coqs

Pianos, violons et alto reproduisent le caquetage des poules sur trente-cinq mesures. Le « caquetage » est rendu par des notes courtes et pressantes, avec des acciaccatura sur les notes aiguës.

3. Hémiones

Cet acte illustre la course rapide et frénétique de chevaux sauvages. Après des arpèges et des gammes rapides, le morceau se termine par des accords finaux encore plus rapides.

4. Tortues

L’ironie de cet acte réside dans le choix du thème. Le célèbre Can-can de l’Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach, à l’origine un ballet, est ici proposé dans une version lente, manifestement « adaptée » à la démarche lente des tortues.

5. L’éléphant

L’animal maladroit est décrit par le timbre grave de la contrebasse, qui joue une valse sur l’accompagnement du second piano. Là encore, la citation d’un thème célèbre, la Danse des Sylphes d’Hector Berlioz, donne de l’ironie à la pièce : les sylphes étaient des créatures mythologiques gracieuses, qui contrastent avec la lourdeur de l’animal.

6. Kangourous

Les bonds soudains des kangourous sont reproduits par de courtes séquences de notes de piano. Malgré la nature comique de la description musicale, le morceau donne un ton de mystère et de décor fantastique, introduisant le morceau suggestif qui suit.

7. L’Aquarium

Pianos, flûte, harmonica et cordes jouent une douce berceuse, dans un tempo andantino. Le phrasé et les arpèges, explorent des sonorités inhabituelles, décrivant l’environnement impalpable et en même temps suave du Verseau.

8. Personnages à longues oreilles

Le morceau reproduit indubitablement le braiment des ânes, avec des notes aiguës des violons suivies de notes graves. Mais le titre de cet acte fait également allusion aux critiques musicales de l’époque avec beaucoup de dérision !

9. Le coucou au fond des bois

Le coucou est joué par la clarinette dans une texture d’accords de piano. L’atmosphère reproduit les couleurs et les sensations de la forêt, avec la présence presque cachée de l’oiseau.

10. Volière

Le vol rapide et incessant d’oiseaux est reproduit par un phrasé léger joué à la flûte et répété plusieurs fois, sur l’accompagnement des cordes. Ce mouvement suggère des sentiments de liberté et d’insouciance.

11. Pianistes

La musique de ce mouvement n’est rien d’autre qu’une série d’exercices d’étude simples et répétitifs pour apprendre le piano. En insérant la « catégorie  » des pianistes parmi les animaux, Saint-Saëns peint une parodie amusante de ces musiciens, contraints de passer des heures d’étude répétitive et épuisante sur leur piano. L’instrument lui-même est ridiculisé car il propose des études élémentaires plutôt que des partitions difficiles.

12. Fossiles

Les fossiles sont joués par le xylophone, qui fait penser au son des os. Les thèmes de cette pièce animée sont tirés de la Dance Macabre de Saint-Saëns et du Barbier de Séville de Gioacchino Rossini. Avec cette pièce, Saint-Saëns se moque encore des critiques musicales

13. Le Cygne

Certainement l’air le plus célèbre de Saint-Saëns, surtout connu pour le ballet La Mort du cygne, dont il fait partie. Sur les arpèges des deux pianos, le violoncelle expose un thème très doux, en sol majeur.

14. Finale

Le finale est un rondo joyeux qui alterne le nouveau thème avec des citations de thèmes déjà proposés par les autres pièces, presque comme pour récapituler l’ensemble de l’œuvre.

Le Carnaval Des Animaux a été superbement adapté en version conte musical par Elodie Fondacci et montre encore une fois, que l’équation la plus répandue du conte musical pourrait se résumer ainsi : narration, animaux instruments, orchestration et morale. Certainement que d’autres formules pourrait aussi convenir, notamment en ce qui concerne les contes musicaux plus modernes.

Le rôle des animaux dans le conte musical

Très souvent, dans les contes musicaux, ce sont des animaux qui représentent les principaux personnages : Les Trois Petits Cochons, Pierre et le loup, le Petit Chaperon Rouge, les griots africains, autant d’exemples qui transforment la faune domestiquée ou sauvage en personnages humanisés qui ont chacun des traits de caractère bien singuliers. C’est là d’ailleurs toute une part de la magie du conte musical pour enfant !

Découvrir des contes musicaux pour enfants modernes et en podcasts

Sur notre site, vous allez pouvoir découvrir en podcast de très nombreux contes musicaux pour enfants et contemporains : Fari et Tima, Vahi et l’esprit du volcan, Bulle, Bzz… Ils sont téléchargeables directement depuis https://histoiresmusicales.com/

Le principe de fonctionnement du site est à la fois très simple et pratique. Il suffit de vous acquitter ou de vous offrir un petit abonnement de 5 € pour avoir accès à la totalité de notre bibliothèque sonore « conte musical pour enfants ».

Vous pouvez télécharger chaque histoire autant de fois que vous voulez, la sauvegarder sur une tablette et la réécouter à volonté et sans modération !

Les contes musicaux pour enfants les plus connus

Difficile d’être exhaustif, mais pour citer les contes musicaux pour enfants les plus connus et les plus beaux, impossible de ne pas évoquer :

  • Pierre et le loup
  • Piccolo Saxo
  • Les musiciens de Brême
  • Le gai joueur de fifre
  • Pantin Pantine

Comment créer une histoire ou un conte musical ?

Ecrire une bonne histoire

Après sept ans :

Un conte musical doit être beaucoup plus court qu’un conte sans musique.

La durée d’une histoire musicale  peut être jusqu’à vingt fois plus longue que le texte seul.

Stéphane Meer, éditeur d’histoires musicales, nous dit :

« Tout commence par une histoire qui fait rêver, qui inspire.

Ensuite, il faut éviter les passages explicatifs, descriptifs, qui mettent en pause la musique pendant trop longtemps.

S’il y a de l’action, du mystère, du suspense, du voyage, des personnages forts et surtout de grandes émotions, alors la musique pourra démultiplier l’impact du texte et jouer pleinement son rôle.

On choisit un récit autant par sa valeur littéraire que pour son potentiel de création d’une musique exceptionnelle. »

Avant six ans :

Pour les tout-petits, les durées sont très courtes. Généralement moins de quatre minutes.

La créatrice de contes musicaux pour les petits enfants, Stéphanie Joire, nous parle de son expérience :

« Quand on a été beaucoup avec des tout-petits, qu’on les a observés, on se rend compte qu’ils ont des références limitées. Mais par contre, ils ont zéro limite et ont une ouverture infinie.

Ils n’ont pas encore cette expérience limitante par pudeur ou respect des codes de la société.

Leur ouverture est géniale parce qu’on peut tout faire. En fait, ils ont énormément d’humour, et beaucoup plus qu’on ne croit.

Ils comprennent aussi beaucoup plus qu’on ne se l’imagine. A la fois dans ce qu’on raconte mais aussi dans le langage non-verbal.

Il faut les prendre pour beaucoup plus grands qu’ils ne sont.

On ne change qu’une chose, c’est les références qu’on utilise mais pour le reste, on les pense beaucoup plus grands. »

Composer la musique

Une fois qu’une histoire est retenue, le travail de composition musicale commence.

C’est un long processus de production qui peut prendre des mois, parfois plus d’un an.

D’abord la composition, avec si besoin l’écriture de paroles.

Puis la réalisation qui est le plus souvent une programmation très poussée en MAO, (musique assistée par ordinateur). On fait souvent appel à des musiciens : cordes, trompette, guitares, chanteur ou chanteuse lyrique, gospel, interprètes  des chansons.

Puis, l’enregistrement du narrateur ou de la narratrice en studio.

Et le mixage final narration et musique, sans oublier la création d’une illustration et d’une bande annonce.

La préparation

Stéphane Meer raconte son processus de recherche.

Le style de musique

Stephane Meer - Chef d'orchestre

« La première question qu’on se pose, c’est le type de musique qui va servir au mieux l’histoire. Parfois c’est évident. Fari et Tima se passe en Afrique, Vahi et l’esprit du volcan se passe en Polynésie.

Mais parfois, ce sera plus un style qu’une coloration locale. Comme le quatuor de Petit-Singe ou le rock gothique de Helena.

Les compositeurs qui viennent de la musique de film ont une énorme capacité à changer radicalement de style et d’orchestration. Un jour on écrit pour un orchestre classique et le lendemain, c’est de l’électro ou de la musique africaine.

L’orchestre reste la base qui se modifie ou se complète selon le projet.

Souvent, on commence par une recherche de documentation. Comme les instruments typiques de la polynésie ou les différentes musiques de l’afrique. C’est une phase où on en écoute beaucoup pour s’imprégner de la sonorité, de la culture et des caractéristiques harmoniques.

Même quand c’est un style qu’on connait bien, ça reste un bon préliminaire d’en écouter beaucoup pour se concentrer. En faisant cela, les idées viennent souvent de façon plus authentique dès le début. Les compositeurs de télévision sont des caméléons qui prennent la couleur de ce qu’ils écoutent. »

Chercher les thèmes

La seconde question est de savoir de quels thèmes ont va avoir besoin.

Pour quel personnage, pour quelle situation ?

Parfois, ce sera un leitmotiv, c’est à dire un petit thème ou motif lié à une idée. Comme le destin, le danger du volcan, etc.

Un thème peut venir du premier coup ou bien nécessiter jusqu’à plus de dix versions avant d’en être content.

Il doit caractériser le personnage mais aussi être dans le style et pouvoir se décliner selon les besoins du récit. Ça peut être plus compliqué qu’on ne pense quand un personnage est joyeux et insouciant au début, puis est entrainé dans un drame et va vivre des dilemmes. Tous les thèmes n’auront pas forcément cette souplesse.

Un autre critère de difficulté est de rester simple. On cherche une originalité, une spécificité, mais sans basculer dans la complexité. Est-ce que ce sera assez mémorisable, sans être simpliste ?

Une fois choisi, on le développe. Est-il optimum dans sa forme actuelle ? Peut-on avoir une meilleure fin, un pont qui met le thème en valeur  ?

L’orchestration et le mixage

Avant d’orchestrer, on se pose la question de l’usage. S’il s’agit d’une oeuvre destinée à être jouée en concert, on essaie de se limiter aux instruments les plus courants de l’orchestre symphonique ou de chambre.

S’il n’y a pas cette contrainte, on peut utiliser des instruments pop, électro et ethniques qui apporteront plus de spécificité et de modernité.

Il faut se méfier des sons à la mode car les contes musicaux sont conçus pour durer dans le temps.

Si le texte et la musique sont bien équilibrés, le mixage ne pose pas de difficulté.

S’il y a des chevauchements mais qu’ils ont été prévues dans la composition et l’orchestration, tout va bien. Chacun sa place.

Mais il y a parfois des chevauchements délicats qui deviennent rapidement des dilemmes de mixage. Parfois une égalisation de fréquence parvient à partager le spectre mais pas toujours. On cherche alors le meilleur compromis.

Le narrateur a un niveau sonore relativement homogène alors que la musique varie beaucoup. Si le narrateur est fort et que la musique avant ou après est faible, le résultat n’est pas satisfaisant. On peut, soit prendre un niveau de narration moyen, soit réduire un peu la dynamique de la musique, si cela permet de gagner en cohérence.

Gérer les chansons

Les contes musicaux sont souvent des oeuvres internationales. Il est facile de doubler le narrateur dans une autre langue mais pour les chansons, c’est plus compliqué.

Il faut écrire une adaptation qui reste dans la même idée, tout en intégrant la contrainte de la mélodie, avec de nouveaux mots et une grammaire différente.

Souvent, on cherche un interprète avec une voix similaire mais c’est moins exigeant que dans le doublage de film. La difficulté du film est qu’il peut être nécessaire que la voix parlée et chantée soit semblable. Comme dans les comédies musicales de Jacques Demy par exemple. Catherine Deneuve a été associée à deux voix chantées, celle de Danielle Licari d’abord, et de Anne Germain ensuite.

Tirer profit des erreurs

La principale erreur que l’on trouve dans les contes musicaux, est un texte trop long ou inadapté.

Serge Prokofiev a écrit trois histoires musicales :

Le vilain petit canard. L’histoire est chantée par une soprano lyrique. Cette forme ne convient pas bien aux enfants.

Prokofiev a écrit lui-même l’histoire de Pierre et le loup. La symbiose entre le texte et la musique est totale. C’est un succès qui est joué et rejoué par les orchestres et comédiens célèbres.

Mais il a aussi écrit : « Le bucher d’hiver » sur un texte de Samouil Marchak.

Le texte est trop long, il couvre la musique, l’étouffe, l’écrase.

En conséquence, une seule des trois oeuvres est un immense succès, malgré la très grande qualité de la musique et des textes.

Dans l’histoire du Soldat de Stravinsky, le texte et la musique sont bien alternés. On profite donc bien de la musique. Mais les passages narratifs sont très longs et la dynamique se perd.

De plus, Stravinsky est un immense compositeur mais il n’aimait pas la musique de film, contrairement à Prokofiev. Sa musique de l’histoire du soldat est belle mais moins descriptive que ses musiques de ballet.

Dans l’histoire de Piccolo, Saxo et Compagnie ou la Petite Histoire d’un grand orchestre, le narrateur est parfois superposé à la musique ce qui rend celle-ci moins distincte.

Enfin, certaines histoires musicales sont composées sur des textes qui sont déjà autonomes et pour lesquels la musique n’a pas une grande utilité. C’est ce qu’on trouve  souvent dans des contes musicaux construits avec des BD ou albums pour enfants.

Le projet Histoires Musicales

L’association Histoires Musicales a entrepris de relancer l’art du conte musical sur le modèle de Pierre et le loup. C’est à dire des oeuvres musicales, principalement orchestrales, créées sur une histoire originale.

Les contes sont écrits pour devenir source d’inspiration pour les compositeurs. Le narrateur ne se superpose que rarement. La musique est instrumentale avec parfois quelques chansons.

Les histoires sont classées selon trois catégories de public.

Les tout-petits

Contes musicaux pour les tout-petits

L’auteur compositrice interprète Stéphanie Joire, crée des histoires musicales qu’elle expérimente en concert dans les écoles, médiathèques, festivals, théâtres et les chèches ou garderies.

La femme violon, elle se définit comme autrice, compositrice, interprète, chanteuse, comédienne et intervenante.

Les enfants à partir de six ans

Les auteurs sont diversifiés. Les deux compositeurs principaux sont Stéphane Meer

Compositeur de musique de film et co-fondateur d’Histoires Musicales

et le compositeur Matthieu Dulong.

Compositeur de musique de film et de jeux vidéo. Matthieu est aussi violoncelliste de concert et orchestrateur.

Les histoires fantastiques

Histoire musicale fantastique

Pour un public adolescent ou jeune adulte, cette catégorie se caractérise par des histoires d’aventure plus épiques avec des musiques orchestrales mais aussi électroniques et rock gothique.

Les premières histoires musicales fantastiques ont commencé en 2013 avec Helena et l’orchestre du monde des brouillards. La version anglaise a été diffusée sous la marque Musical Tales®. Cette histoire musicale a été diffusée en sept langues.

 

Sommaire ⇑


Histoires Musicales vous propose des histoires originales en musique créées par notre équipe d’auteurs et de compositeurs. Elles s’adressent à tous les âges, petits et grands, de 0 à 92 ans. Vous pouvez les télécharger sur votre smartphone, tablette, ou ordinateur et les écouter où que vous soyez ! Découvrez toutes nos histoires musicales pour les tout-petits,  pour les enfants, ainsi que nos histoires fantastiques. Pour découvrir plus d’articles sur les contes musicaux, notre blog sur les contes musicaux regroupe des thématiques variées pour petits et grands !

Bonne écoute à tous !

Histoires Musicales vous propose des contes musicaux originaux pour enfants créés par notre équipe d’auteurs et de compositeurs. Souvent orchestrales, ce sont de véritables oeuvres musicales composées sur des contes de création à la façon de Pierre et le loup.

Bienvenue sur Histoires musicales

Install
×